© 2023 by Soft Aesthetics. Proudly created with Wix.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean

Histoire de la relaxation

Depuis au moins l'antiquité, des théories ont été élaborées sur le pouvoir de la rhétorique pour une application thérapeutique. Selon PLATON, la parole facilite la décharge émotionnelle (catharsis).

Le Dr Anton MESMER (1734-1815), médecin allemand, contemporain de Mozart, affirme l'existence d'un pouvoir semblable au magnétisme et capable d'exercer une influence extraordinaire sur l'organisme humain.

Vers 1780 à Paris, Mesmer défraya la chronique pour deux raisons:
- d'une part pour sa théorie sur l'existence d'un fluide universel pouvant être canalisé et isolé à des fins thérapeutiques, qu'il nomme le "magnétisme animal" : "l'influence des planètes s'exerce sur le corps humain au moyen d'un fluide universel dans lequel tous les corps sont plongés".
- et en second pour le fait qu'il adresse ses soins tout autant à la population bourgeoise de la capitale qu'aux classes sociales moins favorisées.

Mesmer fonde la "Société de l'Harmonie"

Introduction de baquets dans lesquels sont immergées des bouteilles magnétisées. Des malades sont positionnés autour et sont reliées au baquet par des tiges métalliques qu'ils placent sur les points douloureux et des cordes entourent leurs corps et les relient les uns aux autres.

MESMER utilise également des passes magnétiques pour hypnotiser en positionnant ses mains sur les épaules, puis descendait le long des bras jusqu'aux pouces qu'il serrait quelques intants...

Quelques disciples de MESMER :
- Le marquis de Chastenet de Puységur, découvre la transe somnambulique (l'hypnose comme un "état" plutôt qu'une action extérieure).
- Et l'Abbé de Faria, moine portugais célèbre pour son apparition dans le Comte de Monte-Cristo de Dumas, pose les premiers fondements de l'école de Nancy (prépondérance de la suggestion).

DELEUZE, aide-naturaliste aux Jardins des Plantes est toujours une référence chez les magnétiseurs de campagne. DELEUZE a écrit "Histoire critique du magnétisme animal".

Le Dr ESDAILLE, chirurgien à Calcutta, pratique 2000 opérations dont 300, sous somnambulisme magnétique. Ouvre un Mesméric Hospital à Calcutta. Met en évidence que la mortalité post-opératoire par infection passait de 30 à 50 % lors des opérations chirurgicales normales et lors des opérations sous somnambulisme la mortalité tombait à 5 %. Il utilisait l'induction du sommeil magnétique avant une opération.

Il rentre en Angleterre après 20 ans passés en Inde, mais ses travaux sont contestés.

Après toutes ces explorations, les bases de l'hypnotisme moderne sont posées :

- Mise en évidence du somnambulisme provoqué (Puységur),

- Rôle de la suggestion (Puységur),

- Principe de fixation pour induire le somnambulisme magnétique (Faria),

- Principe de contagion facilitant l'induction,

- Amnésie des séances après un somnambulisme magnétique profond (Deleuze, Puységur),

- Augmentation des possibilités de mémorisation (Deleuze),

- Diminution des risques infectieux post-opératoires (Esdaille),

- Augmentation des possibilités sensorielles (Deleuze).

Le magnétiseur LAFONTAINE (1803-1892) fait de nombreuses démonstrations publiques sur des scènes de théâtre. BRAID étudie le magnétisme suite à une de ces séances et introduit le nom d'hypnotisme. Il constate que la fixation d'un objet provoque une fatigue oculaire et ensuite un sommeil particulier. Pour BRAID ce sommeil est purement psychologique et le nomme "Catalepsie palpébrale".

BRAID publie ses observations en 1843 et donne à ce sommeil par fixation le nom de "neurhypnology" puis "hypnology" qui deviendra "hypnotisme" et "hypnose" en français.

La British Medical Association est très réticente aux travaux de BRAID.

Le Professeur AZAM introduit le Braidisme en France en 1859 par une communication à la Société de Chirurgie de Paris. 

En 1859, VELPEAU mentionne l'anesthésie sous hypnose effectuée par BROCA pour l'incision d'un abcès anal. Cette publication amena LIEBAULT à reprendre les travaux de BRAID.

 

LIEBAULT insistera sur la prépondérance de la suggestion, considérant la fixation comme secondaire, voire même non nécessaire. "La suggestion est la clé du Braidisme" dit-il. Celui-ci soignera surtout les pauvres gens et bien souvent gratuitement.

    Après avoir soigné une malade de BERNHEIM, LIEBAULT prouve au Professeur de Clinique Médicale de NANCY, la réalité thérapeutique de l'hypnose. Convaincu, le Professeur BERNHEIM commencera alors à entreprendre des traitements sous hypnose à l'hôpital de NANCY ; il invita LIEBAULT à venir le rejoindre.

L'école de NANCY, de réputation mondiale, eu un retentissement important sur le monde médical ; cette réputation et ce retentissement étaient partagés par l'école de la Salpêtrière.

BERNHEIM s'oppose à l'école de CHARCOT (La Salpêtrière), l'accusant de faire de l'hypnose de culture en pratiquant sur des hystériques. Il opposait à l'hypnose de la Salpêtrière celle de LIEBAULT qu'il trouvait efficace sans faire de spectaculaire.

LIEBAULT, par la suite, lui reprocha d'avoir affirmé en 1892 à LONDRES : "Il n'y a pas d'hypnotisme, il n'y a que de la suggestion". Ce conflit provoquera l'isolement de BERNHEIM, la plupart des partisans de l'école de NANCY préférant suivre LIEBAULT.

Le Professeur CHARCOT (1825-1893) met en évidence trois états importants de l'hypnose : la léthargie, la catalepsie, le somnambulisme. Il a eu pour élève Sigmund FREUD.

Sigmund FREUD (1856-1939), est convaincu de la réalité de l'hypnose ce qui lui permet d'élaborer ses théorie. Il dira "On ne peut surestimer l'importance de l'hypnotisme pour le développement de la psychanalyse. Au point de vue théorique et thérapeutique, la psychanalyse gère l'héritage qu'elle a reçu de l'hypnotisme."

FREUD utilisa d'abord la suggestion hypnotique puis la méthode cathartique (faire revivre un événement traumatique afin d'éliminer sa composante émotionnelle). Plus tard, il admettra le rôle important de la suggestion. En 1918 il reviendra en partie sur ses propres critiques quant à l'hypnose.